La dawah silencieuse

 

                             Aminah Assilmi, une femme d’exception

Avant de faire plus connaissance, découvrez dans cette courte vidéo toute la ferveur et la fierté avec laquelle

cette femme de famille chrétienne conservatrice défendait et a vécu son islam !

 

 

                                                                          POUR EN SAVOIR UN  PEU PLUS   cliquez ici ;

 

 

 

……Nous voici en 1975. De retour d’un voyage professionnel, elle se rendit compte qu’elle avait malencontreusement été inscrite à un cours de théâtre, discipline qui la mettait mal à l’aise tant elle n’avait pas l’habitude de s’exprimer sur scène devant des inconnus. Ce fut d’autant plus un choc lorsqu’elle découvrit que la classe était pleine d’Arabes, de confession musulmane de surcroît. C’en était trop pour elle qui décida de ne plus retourner à ce cours.

 

La réaction d’Aminah n’est guère très étonnante : l’islam était une religion extrêmement minoritaire dans les années 1970. On ne dénombrait pas plus de 1 million de musulmans sur le territoire. A peine remis de la fin de la ségrégation, la plupart des Blancs américains, qui considéraient l’islam comme une secte, voyaient d’un très mauvais œil le développement d’organisations musulmanes telles que Nation of Islam.

Poussée par son mari, Aminah, de peur qu’elle ne rate son année, décida finalement d’assister au cours de théâtre, pensant qu’elle était investie d’une mission divine : sauver ces Arabes des flammes de l’Enfer en leur montrant la bonne voie, celle du christianisme. Mais les discussions à elles seules ne furent pas suffisantes pour les convaincre. Sûre de réussir dans sa tâche, elle prit l’initiative de lire le Coran et des livres annexes pour en apprendre davantage sur l’islam et leur faire prendre conscience de leurs erreurs.

[…]